Chapitre 8 (fiction 1)



Une fois arrivée au collège, je partis m'installer sur le banc. J'attendais que se soit l'heure d'aller en cours en continuant de penser à ce souvenir.
Je me rappelais que la dame, à qui j'avais demandé où avaient été mes parents, m'avait regardé d'un air triste sans sembler comprendre ma question.

« - Que racontes-tu ma petite ?
- Mes parents, avais-je dit en ayant pointé la maison toujours en feu et en ayant agrippé son haut, ils étaient dans la maison !
- Tu habites ici, , m'avait-elle demandé en ayant tourné son regard vers les flammes alors que j'avais acquiescé, ils ne pourront pas revenir alors... ».

J'avais reculé en ayant secoué la tête. Je n'avais pas pu y croire, je n'avais pas voulu y croire. Je m'étais apprêtée à avancer vers l'incendie quand j'avais senti que quelqu'un m'avait attrapé le poignet. J'avais tourné la tête et avais compris qu'il avait s'agit du garçon qui m'avait  accompagné jusqu'ici. J'avais essayé de me débattre mais il m'avait tenue fortement, m'ayant emp
êchée de pouvoir avancer. Il n'avait pas semblé vouloir céder et me lâcher.

« - Tu peux rien faire, ça sert à rien que tu y ailles !

- Lâche-moi ! je peux pas rester là à rien faire quand même !
- Calme toi ! Et puis c'est toi qui m'as dit de pas pleurer je te rappelle ! ».

J'avais porté ma main libre à ma joue, il avait eu raison, j'avais pleuré. Je ne m'en étais pas rendue compte. Mes larmes avaient redoublé. Ça avait été vrai je lui avais dit de ne pas pleurer. Mais la situation avait été différente, d'habitude je n'étais pas du genre à parler aux gens que je ne connaissais pas mais lui il avait vraiment l'air de souffrir sans rien pouvoir faire, comme moi.


« - Tu as raison je ne peux rien faire mais ce n'est pas pour ça que je vais tout laisser tomber sans essayer de sauver ce que je peux, avais-je lâché en ayant essayé une fois de plus de lui faire lâcher mon poignet

- Tu es du genre têtue quand tu t'y mets. Et tu comptes faire quoi une fois que tu seras dedans ? Te faire brûler ? ».

Je l'avais regardé, les yeux écarquillés. J'avais arrêté de me débattre. Il avait encore eu raison, je n'aurais réussit qu'à mourir en y étant allée. J'avais baissé la tête, incapable de prononcer un mot, tout en ayant continué de pleurer. Il avait lâché enfin mon poignet et m'avait pris la main, comme j'avais pris la sienne quelques minutes plus tôt. La dame qui m'avait expliqué que je ne verrai certainement plus mes parents avait encore été là. Elle nous avait regardé avec des yeux remplis de tendresse avant de nous emmener un peu plus loin pour que nous ayons pu nous asseoir sur le muret qui avait bordé le chemin. Quelques secondes, à peine, s'étaient écoulées et ma vue avait commencé à se brouiller, ma tête m'avait semblé lourde et mes poumons m'avaient brûlée. Finalement, tout étais devenu noir et je m'étais évanouie. Alors que mon corps avait été en train de basculer vers l'avant, j'avais senti que l'on m'avait attrapée par les épaules et que l'on m'avait secouée pour que je me sois réveillée. Cela n'avait pas marché. Ils avaient eu beau crier et me secouer, je n'avais pas réagi. Je ne sus pas combien de temps exactement j'avais passé dans le coma. Quand je m'étais réveillée, j'avais été allongée dans un lit et je m'étais trouvée dans une pièce presque vide. En plus du lit, il n'y avait eu qu'une table de chevet, une chaise, une armoire et quelques appareils. Des adultes étaient entrés, ils avaient tous été habillés de blanc. Ils m'avaient posé des questions, je n'avais répondu que par des mouvements de tête. Puis, ils étaient sortis ,m'ayant laissé seule avec une dame qui, jusque-là, était restée à l'écart. Elle s'était approchée et avait mis un genou à terre pour être à mon niveau.


« Il faut que tu saches que tes parents ne reviendront pas. ».


Cette phrase, on me l'avait dit pour la deuxième fois. Mais cette fois-ci, je n'avais pas réagi. Elle m'avait expliqué que j'avais été adoptée et que j'allais bien avec ma nouvelle famille. Elle avait fait une pause et m'avait annoncé que j'avais une santé plus fragile que les autres enfants et le fait d'avoir été exposée à la fumée de cigarette et à celle de l'incendie n'avait rien arrangé. Au contraire, mon état s'était aggravé et j'étais tombée malade. Les chances que l'on réussisse à me soigner étaient minuscules.

Ce jour-là, j'avais tout perdu, il ne m'était rien resté mais, malgré ça, je n'avais pas pleuré.

Tags : fiction 1 - une dernière année - chapitre 8

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.33.183) if someone makes a complaint.

Comments :

  • fanficandosARCV

    10/04/2017

    Elle est vraiment courageuse

    Pour se soir je m'arrête là je reprendrai demain

    Je trouve toujours bien les déscription que tu fais

  • steanne

    22/12/2016

    Magicfantasy wrote: "c'est...affreux...c'est un super chapitre, vraiment, c'est tellement bourré d'émotion et de compassion mais c'est juste tellement triste...bravo, vraiment :)"

    Merci ça me fait plaisir de savoir que les émotions sont totalement présentes alors ^^

  • Magicfantasy

    22/12/2016

    c'est...affreux...c'est un super chapitre, vraiment, c'est tellement bourré d'émotion et de compassion mais c'est juste tellement triste...bravo, vraiment :)

  • steanne

    22/06/2016

    Le-Trio-ILR wrote: "Juste un mot bravo, tu fais vraiment bien ressentir des émotions."

    Merci ça me fait plaisir que tu penses ça ^^ J'essaierai de continuer à faire passer des émotions alors ^-^"

  • Le-Trio-ILR

    22/06/2016

    Juste un mot bravo, tu fais vraiment bien ressentir des émotions.

  • steanne

    13/06/2016

    Seira-HimeNoSakura wrote: "Bonne chance a toi aussi ^.^ !"

    Merci ^^

  • Seira-HimeNoSakura

    13/06/2016

    Bonne chance a toi aussi ^.^ !

  • steanne

    13/06/2016

    Seira-HimeNoSakura wrote: "Essayerais de trouver le temps de la lire mais comme le brevet approche a grand pas et que je dois avoir une mention, je préfère réviser ^^"

    T'en fais pas je comprends ^^ moi aussi le brevet approche et je vise une mention alors bon t'en fais pas ;)
    Bonne chance au passage!

  • Seira-HimeNoSakura

    13/06/2016

    Essayerais de trouver le temps de la lire mais comme le brevet approche a grand pas et que je dois avoir une mention, je préfère réviser ^^

  • steanne

    13/06/2016

    Seira-HimeNoSakura wrote: "En un commentaire (car j'ai lu les autres chapitres et je crois que je vais répeté alors autant faire un seul commentaire), Génial !! Franchement j'adore le contexte, l'histoire et le lien qui unis les personnages !!"

    Merci c'est gentil ^^ je suis contente que tu penses ça de ma fiction. J'espère que si tu lis la suite elle te plaira :)

Report abuse