Chapitre 33 (fiction 1)


Je sentis mon corps reprendre vie petit à petit. Toujours plongée dans le noir, je remuai les doigts pour vérifier que toutes mes sensations étaient revenues. J'effleurais quelque chose de plat et rugueux. En faisant pression de ma main, je constatais que la matière s'enfonçait sous son poids. Je devinais les bords de l'objet jusqu'à m'arrêter sur quelque chose de différent. Froides et dures, j'avais l'impression que deux barres sûrement métalliques entouraient l'objet pour le protéger.

« Un lit. » pensai-je en ouvrant les yeux.


Je dus les refermer presque immédiatement tant la lumière me semblait vive et douloureuse. Il me fallut plusieurs secondes afin de m'y habituer. Je n'entendais rien mais cette l'explication était trouvée : il n'y avait rien à écouter. Le silence était maître et pas un bruit ne venait le contrarier. J'essayai de me redresser mais je fus prise d'un violent vertige qui m'obligea à me rallonger. Je patientai quelques minutes avant de réessayer. Comme je m'y étais attendue, un nouveau vertige me prit mais il se trouva être plus faible que le précédent. Ainsi, je parvins à m'asseoir au bord de mon lit laissant mes jambes se balancer dans le vide, cela malgré une extrême lenteur de mes mouvements. En regardant un peu autour de moi, je reconnus ma chambre d'hôpital. Elle était pourtant quelque peu différente de la dernière fois que je l'avais vu. Ce qui avait changé restait des détails tels que des appareils médicaux qui m'étaient encore inconnus, des nouvelles fleurs installées dans un vase sur le meuble près de mon lit, ... M'attardant sur ces changements, je perdis la notion du temps. Je ne revins à la réalité qu'au moment où j'entendis  quelqu'un entrer. Je voulus me lever mais ce faisant je remarquai qu'un cathéter était planté dans mon bras et qu'un casque de musique était installé sur ma tête. Surprise, je stoppai mon geste. J'avais la vague impression que ces deux éléments étaient importants pourtant je ne me rappelais plus de la raison de leur présence. Je me mis à fixer instinctivement la personne qui venait d'arriver comme si elle avait les réponses que je cherchais. Il s'agissait d'une femme et, d'après la blouse blanche et le matériel qu'elle portait, j'étais en mesure d'affirmer sans me tromper qu'elle était une infirmière. Elle sourit en voyant que j'étais réveillée. La dame me fit signe d'enlever le casque tandis qu'elle déposait le matériel qu'elle transportait sur la table. Je m'exécutai sans oser dire quoi que se soit. A peine eut-elle terminé, qu'elle commença à me faire passer une série d'examens de base. Prise de tension, test des sens, vérification des réflexes, ... rien ne lui échappait et je la voyais noter chaque résultat sur un petit carnet tandis que son visage gardait un air satisfait. Parallèlement à tout cela, elle me parlait. De sa voix douce et calme, elle m'expliquait ce que j'avais à savoir. J'appris que mon opération s'était déroulée comme prévue. L'unique problème pour le moment était que cela remontait déjà à presque trois semaines. En effet, après l'anesthésie obligatoire pour l'opération je ne m'étais pas réveillée. Le docteur n'en avait pas trouvé la cause. D'après lui, j'avais sûrement lutté inconsciemment pour rester endormie. Il avait donc pris la décision de me placer en coma artificiel durant tout ce temps.


« - Mais ça veut dire que pendant trois semaines je suis simplement restée allongée ? Je n'ai rien dû pouvoir manger pourtant je n'ai pas faim...

- C'est normal, rit-elle, comme tu ne faisais aucun effort, ton corps n'avait presque besoin de rien en terme d'alimentation. Et puis, trois semaines c'est assez court quand même. ».

Elle avait raison. En comparaison de la durée de certains comas ou de celle d'une vie, trois semaines ne représentaient certainement rien. Pourtant, un vague sentiment de regret m'envahissait petit à petit. Trois semaines durant lesquelles j'aurais pu réaliser un bon nombre d'activités. Trois semaines durant lesquelles certaines choses avaient sûrement dû évoluer. Trois semaines durant lesquelles rien n'était censé être resté figé. Trois semaines que j'avais définitivement perdues.


Quelques heures plus tard, alors que l'après-midi débutait à peine et que je restais assise sans bouger fixant un point imaginaire sur le sol, j'entendis des pas se rapprocher. D'habitude, seules de rares personnes passaient par là et elles continuaient presque toujours leur chemin sans prêter attention à ma chambre. Cette fois-ci je crus bien qu'ils s'étaient stoppés devant ma porte fermée. Mais j'avais beau attendre, rien ne venait. Le silence était retombé comme si ces pas n'avaient été qu'une illusion. J'aurais pu remettre le casque de musique laissé par l'infirmière. Apparemment, ils l'avaient placé sur mes oreilles pour vérifier que mon cerveau recevait toujours des signaux et ce sans me brusquer. Je choisis de ne pas y toucher. Il ne diffusait qu'une unique musique, cet air classique de mon enfance que j'avais peur de ne plus apprécier s'il finissait par me lasser.


La porte s'ouvrit finalement sur une jeune fille blonde aux grands yeux verts qui tenait élégamment un sac devant elle.

Tags : fiction 1 - une dernière année - chapitre 33

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.33.183) if someone makes a complaint.

Comments :

  • steanne

    17/07/2017

    Le-Trio-ILR wrote: "Ouf l'opération s'est bien passée, me voilà rassurée, j'ai eu peur qu'il lui arrive des complications... enfin quoique 3 semaines c'est sûr c'est peu par rapport à d'autres mais c'est assez flippant tout de même mais heureusement rien de plus !

    Sa prise de conscience la rend attachante, on se retrouve dans ses pensées, c'est vrai 3 semaines où elle n'a rien fait, 3 semaines perdues....

    Oh une blonde qui lui rend visite, Emma ?

    Un beau chapitre ! :)

    "

    Pour l'instant, je te rassure tout semble s'être déroulé comme et sans complications. Comme il ne s'agissait que d'un coma artificiel, je ne pouvais pas la laisser endormie trop longtemps en comparaison d'autres patients mais c'est vrai que ses proches devaient quand même avoir peur !

    Je suis contente d'avoir fait de Séléna un personnage attachant, surtout que l'histoire est racontée à travers elle du coup j'ai parfois peur que le lecteur se méprenne sur son compte mais ça ne semble pas être le cas ^^

    Qui sait ? ;)

    Merci beaucoup, ça me fait très plaisir !

  • Le-Trio-ILR

    16/07/2017

    Ouf l'opération s'est bien passée, me voilà rassurée, j'ai eu peur qu'il lui arrive des complications... enfin quoique 3 semaines c'est sûr c'est peu par rapport à d'autres mais c'est assez flippant tout de même mais heureusement rien de plus !

    Sa prise de conscience la rend attachante, on se retrouve dans ses pensées, c'est vrai 3 semaines où elle n'a rien fait, 3 semaines perdues....

    Oh une blonde qui lui rend visite, Emma ?

    Un beau chapitre ! :)

  • lili8

    25/05/2017

    cool sa

  • steanne

    25/05/2017

    lili8 wrote: "et on peut savoir quand??"

    Le plus rapidement possible! ;)
    Je vais essayer de poster un chapitre pendant ce long week-end en tout cas.

  • lili8

    24/05/2017

    et on peut savoir quand??

  • steanne

    24/05/2017

    lili8 wrote: "Il y aura une suite"

    Bien sûr! ^^

  • lili8

    24/05/2017

    Il y aura une suite

  • fanficandosARCV

    30/04/2017

    L'opération s'est bien passer pour Selena même si elle est rester dans le coma

    A mon avis s'est sa meilleur amie qui vient lui rendre visite

Report abuse