Chapitre 34 (fiction 1)


Emma resta sous l'encadrement de la porte sans qu'aucune de nous deux ne bouge. Elle se décida à entrer dans la pièce au moment où je lui rendis le sourire qu'elle arborait depuis son arrivée. Sans dire un mot, elle vint s'asseoir à mes côtés en posant le sac qu'elle transportait sur le sol, près de mon lit. Nos jambes, se balançant dans le vide, battaient la mesure sur des rythmes différents. Je les regardais faire des allers-retours sans s'arrêter comme l'aurait fait un pendule. Je sentais quand même le regard d'Emma sur moi. Elle me détaillait de la tête aux pieds et je préférais  ne pas faire le moindre geste supplémentaire pour lui faciliter la tâche. Au bout d'un moment, elle tourna la tête et se mit à observer la même chose que moi.

« Quand je te regarde, je n'ai pas l'impression que ça fait trois semaines. ».


Je savais qu'elle avait raison. J'étais lavée, habillée et coiffée et ce depuis le départ de l'infirmière venue à mon réveil. De plus, j'avais effectué ces tâches comme à mon habitude. Je ressentais exactement la même chose qu'il y a trois semaines. Pour moi, rien n'avait changé. Sans me laisser le temps de dire quoi que se soit en retour, ma demi-s½ur continua de parler. Elle me racontait divers choses n'ayant pas forcément de liens logiques entre elles. Je n'en comprenais pas la moitié et je crus bien qu'elle non plus. Elle cherchait juste à se battre contre un silence qui aurait pu nous étouffer. Elle débitait ses paroles à vitesse et à volumes changeants. Même en me concentrant, je n'arrivais à saisir que quelques mots sans obtenir le sens ne serait-ce que d'une seule phrase. La blonde n'attendait pas une quelconque réponse de ma part. Je ne pus réprimer un sourire face à son attitude. Pas un sourire moqueur ni même compatissant mais plutôt celui que l'on ne réserve qu'aux personnes nous étant chères peut importe ce qu'elles faisaient. Emma stoppa immédiatement son activité en voyant ma réaction. En moins d'une minute, l'expression de son visage changea du tout au tout. Ses lèvres se mirent à trembler tandis que ses joues et son nez prirent une teinte rouge. Lorsque la première larme coula le long de sa pommette, son corps commença à être parsemé de spasmes imprévisibles et incontrôlables. Sans prévenir, elle me prit dans ses bras en pleurant de plus belle. Elle n'avait sûrement pas de raison particulière d'agir ainsi. Je la connaissais suffisamment pour savoir que derrière sa grande maturité elle restait une simple fille de 14 ans. Une fille qui, même si elle ne l'avait pas toujours montré, pouvait s'inquiéter. D'habitude, quand quelque chose la perturbait, elle venait m'en parler. Cette fois-ci, elle n'avait pas pu. Elle avait simplement besoin de craquer. Presque mécaniquement, je passai également mes bras autour d'Emma. Je me surpris à la consoler de la même manière qu'une mère l'aurait fait avec son enfant. Je lui murmurais des paroles qui se voulaient réconfortantes tout en lui caressant le dos avec douceur. En général, j'avais eu l'impression qu'elle prenait sa mission de s½ur très au sérieux jugeant nécessaire de s'occuper de moi à chaque occasion. Ça ne m'avait jamais dérangé mais, aujourd'hui, nos rôles étaient inversés.


Cela devait faire cinq bonnes minutes que je tenais cette feuille en lisant et relisant les phrases imprimées dessus. En effet, après quelques heures à parler de tout et de rien, Emma m'avait sorti un papier plié en quatre de son sac et me l'avait tendu. Curieuse, je l'avais déplié et depuis je ne le quittais pas des yeux tandis que la blonde attendait ma réaction. J'espérais me tromper mais une petite voix dans ma tête me soufflait le contraire.


« - Tu t'es inscrite à un concours ? , osai-je sans vraiment y croire.

- Non, ce n'est pas exactement ça.
- Tu m'as inscrite à un concours ? ».

Comme elle hochait la tête pour acquiescer je posai la feuille entre et la fixai. Elle entama un second monologue, mais désormais pour m'expliquer ce qu'elle savait sur le sujet. Je me souvins de cette affiche pour une compétition de patinage artistique que m'avait apportée cette fille aux cheveux roses et aux yeux bleus et de l'intérêt qu'Emma y avait porté. Il devait sûrement être question de cette compétition à l'heure actuelle.


« - Mais tes parents m'ont interdit de patiner, je n'ai même plus mes patins !

- Ce n'est qu'un détail, j'arrangerai ça. Allez, dis-moi que tu vas y participer, s'il te plaît ! ».

Je ne pouvais pas lui répondre que je n''étais pas particulièrement enthousiaste à l'idée de devoir présenter une chorégraphie devant un jury alors qu'elle semblait vraiment y tenir. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi. Je finis par lui céder et accepter sa demande en pensant que je m'amuserai peut-être un peu.

Tags : fiction 1 - une dernière année - chapitre 34

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.80.33.183) if someone makes a complaint.

Comments :

  • steanne

    17/07/2017

    Le-Trio-ILR wrote: "La réaction d'Emma la rend d'autant plus touchante. Tout cela doit être dur pour elle aussi...

    Descriptions et sentiments : nickel !

    Et la fin qui laisse planer pleins de questions !

    Un bon cocktail qui donne un bon chapitre !
    "

    Ce genre de situation est souvent dur pour le malade mais aussi pour ses proches qui ne savent pas forcément quoi (ou qui ne peuvent simplement rien faire pour changer les choses).

    Je suis très heureuse que les sentiments et les descriptions soient validés ;)

    Je te remercie d'avoir laisser tes avis sur ces derniers chapitres, ça me fait vraiment plaisir ^^

  • Le-Trio-ILR

    16/07/2017

    La réaction d'Emma la rend d'autant plus touchante. Tout cela doit être dur pour elle aussi...

    Descriptions et sentiments : nickel !

    Et la fin qui laisse planer pleins de questions !

    Un bon cocktail qui donne un bon chapitre !

  • steanne

    01/06/2017

    Grotte-de-Panda-chan wrote: "Je me pose une question, le titre de la fiction c'est "Une dernière année". Ça ne veut pas dire que la maladie de l'héroïne va lui être fatale ou quelque chose d'autre ?"

    Je crois bien que tu es la première à me dire cette observation ^^ Ça me fait plaisir en tout cas.
    Pour y répondre, c'est tout à fait possible mais on peut aussi voir ça comme sa dernière année en tant que malade.
    Il faudra attendre la suite pour le savoir ;)

  • Grotte-de-Panda-chan

    01/06/2017

    Je me pose une question, le titre de la fiction c'est "Une dernière année". Ça ne veut pas dire que la maladie de l'héroïne va lui être fatale ou quelque chose d'autre ?

  • fanficandosARCV

    26/05/2017

    Emma est contant de retrouver sa soeur adoptif, et c'est gentil de sa part de l'avoir inscrite à concour

    Je suis sur qu'ils vont réussi à convraincre leurs parents pour qu'elle patine

Report abuse